5 questions à… Bertrand Badie

Date de publication : 22/10/2020
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur print
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur print

5 questions à Bertrand Badie
autour de l’ouvrage Inter-socialités, Le Monde n’est plus géopolitique, CNRS éd., 2020.

C’est la fin d’un monde géopolitique que nous présente Bertrand Badie, professeur émérite des universités à Sciences Po Paris. Il définit dans cet entretien le nouveau concept « d’inter-socialités », plus adéquat, selon lui, pour rendre compte du réel des relations internationales contemporaines, menées non plus par le politique mais par les questions sociales. Il semble que ce sont les phénomènes de « décomposition sociale », plus que les interventions militaires d’autrefois, qui structurent aujourd’hui les relations internationales. Les inter-socialités de ce nouveau monde, illustrées en premier lieu par les printemps arabes, représentent une défiance vis-à-vis du politique, habitué à réagir à des revendications et non à l’expression d’une colère à l’encontre du « système ». Le défi pour l’avenir sera, selon Bertrand Badie, de réussir à bâtir une gouvernance globale capable de répondre à des enjeux sociaux internationaux communs, face auxquels le vieux monde westphalien n’a plus de prises.

Entretien réalisé par Isabel Ruck, responsable de recherche et de coordination scientifique au sein du CAREP Paris, oct. 2020.

Retour haut de page