Enquêter dans/sur le monde arabe : journalistes et chercheurs face aux logiques de surveillance

Date de publication : 15/03/2022
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur print
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur print
table ronde

Table ronde coorganisé par le Centre arabe de recherches et d’études politiques de Paris (CAREP Paris) et l’Institut de Recherches & d’Études sur les Mondes Arabes et Musulmans (IREMAM).

  • Date : Jeudi 7 avril, 14h-17h30
  • Lieu : CAREP Paris, 12, rue Raymond Aron 75013 Paris  (pour y assister à distance, s’inscrire à zoom via le bouton d’inscription).
  • Entrée libre : Dans la limite des places disponibles
  • Organisation : Vincent Geisser & Isabel Ruck

Argumentaire

Les printemps arabes ont soulevé un immense espoir de libération de la parole publique et de consolidation des droits fondamentaux des citoyens. Pour les journalistes et les chercheurs, ils ont été l’occasion de nouveaux thèmes d’enquêtes et de reportages dans des espaces publics autrefois contrôlés par les appareils sécuritaires des régimes autoritaires. Mais, plus de 10 ans après les révolutions tunisienne et égyptienne, le spectre de la surveillance pointe à nouveau dans les sociétés du Proche et du Moyen Orient se traduisant par un rétrécissement des libertés individuelles et des difficultés de plus en plus grandes pour les journalistes et les chercheurs en sciences sociales à effectuer leur travail. Les enquêtes journalistiques et scientifiques se heurtent à des logiques de surveillance déployées par des polices politiques au service des régimes. La censure des publications et la répression des auteurs font un retour en force dans les sociétés arabes, au point d’entraver l’activité professionnelle quotidienne des journalistes et des chercheurs. L’objectif de cette table ronde est de faire dialoguer journalistes et chercheurs autour de leurs expériences d’enquête dans/sur le monde arabe, en mettant en évidence à la fois les entraves à leur activité professionnelle, mais aussi les espaces de liberté qu’ils parviennent malgré tout à préserver.

Programme de la table ronde

13h45 | Accueil des participants et du public au CAREP Paris

14h | Présentation des objectifs de la table ronde par Salam Kawakibi (CAREP Paris) et Vincent Geisser (IREMAM, CNRS)

14h15-16h15 |Table ronde entre chercheurs et journalistes

Modération : Akram Belkaïd (Le Monde diplomatique).

Chercheurs participants :

  • Laurence Dufresne-Aubertin (Sciences Po Aix, MESOPOLHIS)
  • Yves Mirman (Université Catholique de Lyon)
  • Sara Tonsy (Chercheuse associée à l’IREMAM – MESOPOLHIS et au CAREP Paris)

Journalistes participants :

  • Benjamin Barthe (Le Monde)
  • Sarra Grira (Orient XXI)
  • Jean-Pierre Perrin (Médiapart)

16h15 | Pause café

16h30-17h15 | Débat avec le public      

17h15 | Conclusion de la table ronde par Akram Belkaïd (Le Monde diplomatique).

 

Biographies des intervenants

Benjamin BARTHE
Journaliste

Benjamin Barthe est chef adjoint du service international du Monde. Il est spécialiste du Moyen-Orient où il a vécu près de deux décennies, entre Le Caire, Ramallah et Beyrouth. Il a reçu le prix Albert Londres en 2008 pour une série d’articles sur la bande de Gaza. Il est l’auteur de Ramallah Dream (Éditions La Découverte, 2011).

Laurence Dufrensne-Aubertin

Laurence DUFRESNE-AUBERTIN
Doctorante

Laurence DUFRESNE-AUBERTIN est ingénieure d’étude au sein de l’ERC DREAM (CHS- Centre Marc Bloch) et doctorante en science politique à l’université Aix-Marseille – IREMAM / MESOPOLHIS. Ses recherches portent sur la politisation des classes populaires à travers la question du mal-logement en Algérie. Sa thèse Le logement social en Algérie comme rapports ordinaires au politique a obtenu le prix Michel Seurat en 2019.

Akram Belkaïd

Akram BELKAÏD
Journaliste

Journaliste au Monde diplomatique et membre du comité de rédaction du site Orient XXI.

Vincent Geisser

Vincent GEISSER
Sociologue

Sociologue et politologue, Vincent Geisser est chargé de recherche au CNRS, à l’Institut de recherches et d’études sur les mondes arabes et musulmans (IREMAM, Aix Marseille Université). Il est également président du Centre d’information et d’études sur les migrations internationales (CIEMI, Paris) et directeur de publication de la revue Migrations Société.

portrait Salam Kawakibi

Salam KAWAKIBI
Directeur, CAREP Paris

Chercheur en sciences politiques, Salam Kawakibi est directeur du CAREP Paris. Ancien directeur adjoint à l’Arab Reform Initiative, professeur associé à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, il est également président de l’association « Initiative pour une Syrie nouvelle ».

Sarra GRIRA
Journaliste

Journaliste, membre du comité éditorial d’Orient XXI et docteure en littérature française.

Yves Mirmam

Yves MIRMAM
Politiste, ingénieur de recherche

Yves Mirman est politiste, ingénieur de recherche à l’Université Catholique de Lyon et chercheur associé au Centre méditerranéen de sociologie, de science politique et d’histoire (Mesopolhis), Aix-Marseille Université, CNRS, Sciences Po Aix, Aix-en-Provence. Parmi ses travaux sur le terrain évoqués dans son chapitre, on peut lire sa thèse sur Les engagements à l’épreuve du temps : la cause des disparus au Liban (2011-2018), Aix-Marseille Université, 2019, et son article « La réminiscence douloureuse de trop ! Se partager les récits des familles de disparus au Liban entre journalistes, militants et chercheurs », à paraître dans les Annales de géographie.

Jean-Pierre PERRIN
Grand reporter

Jean-Pierre Perrin, longtemps grand reporter à Libération, est aujourd’hui journaliste indépendant et écrivain. On lui doit plusieurs récits de guerre et de voyage sur le Proche-Orient, l’Iran et l’Afghanistan, récompensés entre autres par le Grand prix des lectrices de Elle et le prix Joseph Kessel. Il est l’auteur du roman de fiction Une Guerre sans fin (Rivages/Noir, 2021) et Kaboul, l’humiliante défaite (Équateurs, 2022).

Sara Tonsy

Sara TONSY
Chercheuse associée CAREP Paris

Sara Tonsy est docteure en science politique et chercheure associée au CAREP Paris, à l’IREMAM et à Mesopolhis (Aix-en-Provence). Elle soutient sa thèse Pouvoir, mobilisation et symboles : le cas de l’Égypte en novembre 2019 à l’Institut d’études politiques d’Aix en Provence sous la direction de Mohamed Tozy. Son travail actuel est centré sur la violence politique, la religion et le champ politique et la restitution autoritaire dans le monde arabo-musulman après 2011. Parmi ces dernières publications, on peut mentionner : « La normalisation de discours religieux des Frères musulmans en Égypte : une analyse comparative avant et après 2011 » et « Une contre-narration de la violence sexuelle et le harcèlement en Égypte : une mobilisation par et pour les femmes ».

Glisser vers la gauche pour voir plus de vidéos

Retour haut de page