Soirée & Webinaire / Regards nouveaux sur la crise libanaise

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur print
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur print

Dans le cadre des soirées et webinaires du CAREP Paris, la rencontre avec Rayan Haddad, modérée par Isabel Ruck, a été organisée en format hybride (présentiel et à distance) le mardi 15 mars à 18h30 sur le thème :

Regards nouveaux sur la crise libanaise

Dans son ouvrage Regards libanais sur la turbulence du monde, Rayan Haddad s’est attelé à sonder l’évolution de la crise libanaise à l’aune des lectures que font les protagonistes d’autres crises contemporaines faisant irruption dans l’espace mondial, à savoir les crises du Kosovo, du 11-Septembre, d’Afghanistan et d’Irak. L’auteur y montre non seulement comment des crises exogènes sont captées et transformées en ressource politique par des acteurs identitaires libanais en situation concurrentielle, mais aussi comment la surexposition du Liban à ces crises est la résultante de sa vulnérabilité régionale, dépassant le jeu des acteurs locaux. En mettant en lumière cette constante interaction entre la crise libanaise et la mondialité, et les liens qui existent entre des crises a priori distinctes, Rayan Haddad nous montre comment les conflits ne sauraient plus être appréhendés de manière cloisonnée, les uns isolément des autres.

couverture livre Rayan Haddad

Rayan HADDAD, Regards libanais sur la turbulence du monde : Kosovo, 11 septembre, Afganistan, Irak. L’Harmattan, 2018.

photo Rayan Haddad

Rayan Haddad

Après un doctorat en sciences politiques (relations internationales) à Sciences Po Paris, Rayan Haddad est devenu membre de l’Association française de science politique et du Cercle des chercheurs sur le Moyen-Orient (CCMO). Ses thèmes de prédilection portent sur la structuration de crises exogènes en enjeux de société internes au Liban, les impacts régionaux de la crise syrienne et les politiques du Hezbollah.

Retour haut de page