Webinaire 49 / Trajectoires comparées en milieu carcéral : questionner le lien entre radicalisation et prison

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur print
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur print

Dans le cadre des Webinaires du CAREP Paris, le quarante-neuvième épisode avec Bartolomeo Conti, modéré par Claire Talon, a été diffusé en direct le mardi 29 juin 2021 à 18h30 et avait pour thème :

Trajectoires comparées en milieu carcéral : questionner le lien entre radicalisation et prison

Présentée dans le débat public comme l’un des lieux privilégiés de la radicalisation islamiste, voire comme l’« incubateur » du djihadisme français, la prison est devenue l’une des cibles privilégiées de la lutte contre la radicalisation. Si cette image de la prison est aujourd’hui largement acceptée, au point de ne plus être remise en cause, on peut se demander si ce n’est pas aussi une conséquence du fait que l’on s’est surtout focaliséé sur les lieux de concentration de la radicalisation et sur une catégorie issue avant tout du judiciaire et du renseignement : celle des « radicaux ». Et si on décentrait le regard sur les prisons dites « périphériques » et sur les trajectoires de « non-radicalisation » ? C’est par ce détournement du regard, à partir d’une recherche ethnographique réalisée durant trois ans dans une prison française, que le chercheur se propose, à l’occasion de ce webinaire, de montrer comment l’expérience carcérale peut donner lieu à des issues très variées, qui se manifestent le plus souvent par un refus du récit de l’islam radical.

portrait Bartolomeo Conti

Bartolomeo Conti

Bartolomeo Conti est sociologue à l’EHESS, et auteur d’une thèse sur l’émergence de l’islam dans l’espace public italien. En 2015, il a participé à la recherche « Détection et prise en charge de la radicalisation religieuse des personnes détenues », avec l’objectif d’élaborer des méthodes et des outils pour la réinsertion des personnes sous-main de justice. Depuis 2017, il poursuit ses recherches dans le cadre du projet de recherche H2020 « Dialogue about Radicalisation and Equality (DARE) ».

Retour haut de page