Webinaire 50 / Être noir-e au Maghreb : entre racisme, déni et reconnaissance

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur print
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur print

Dans le cadre des Webinaires du CAREP Paris, le cinquantième épisode avec Maha Abdelhamid modéré par Salam Kawakibi, a étédiffusé en direct le mardi 6 juillet 2021 à 18h30 et avait pour thème :

Être noir-e au Maghreb : entre racisme, déni et reconnaissance

La révolution tunisienne a été un véritable événement déclencheur dans la mobilisation des populations noires contre le racisme régnant dans cette société. La Tunisie, qui a longtemps occulté la diversité ethno-religieuse et raciale de sa propre population, a ainsi été confrontée à la demande de reconnaissance de ses citoyens noirs, qui avaient jusque-là peu réfléchi à leur « (mal) intégration ». Dans ce webinaire, Maha Abdelhamid revient sur l’histoire et la mémoire de cette minorité et sa place dans les sociétés maghrébines, tout en inscrivant son analyse dans une approche plus globale sur les questions raciales qui, à l’instar du mouvement Black Lives Matters, s’imposent avec force dans le débat public.

Maha_Abdelhamid

Maha Abdelhamid

Maha Abdelhamid a soutenu une thèse en géographie sociale en 2018 à l’Université de Paris-Nanterre autour des transformations  socio-spaciales dans la ville de Gabès de 1970 à nos jours. Elle s’intéresse depuis la révolution à la question du racisme contre les noirs en Tunisie. Auteure de plusieurs articles sur la question du racisme et la mobilisation des noirs après la révolution tunisienne 2011, elle est co-autrice de « Être noir, ce n’est pas une question de couleur. Rapport d’enquête : les représentations du racisme chez les noirs de Tunisie ». Depuis novembre 2020, elle est chercheure associée au CAREP Paris pour un projet autour des « Histoires et vécus des femmes noires en Afrique du Nord et au Moyen- Orient : dynamique d’intersectionnalité ». 

Retour haut de page