Brèves politiques

illustration Libye

Libye : révolution, contre-révolution

L’offensive du maréchal Khalifa Haftar sur Tripoli dépasse un simple et énième épisode belliqueux de la Libye post-Kadhafi. Elle correspond, en plus de la course au pouvoir étatique des différentes factions armées nées de la révolution de 2011, à un jeu régional tendu porté par des visions antagoniques.
photo Victoire Netenyahou Élections législatives israéliennes

Élections législatives israéliennes : la victoire de Netanyahou sonne le glas de la gauche...

Les résultats des élections de la 21e Knesset, qui se sont tenues le 9 avril 2019, consacrent la victoire du « bloc de droite » nationaliste mené par le Likoud et son chef Benyamin Netanyahou – les partis de la coalition de droite ayant remporté une majorité parlementaire de 65 sièges sur 120. Une victoire qui permettra à Netanyahou de former un gouvernement de coalition dans les semaines à venir.
Soulèvement soudanais : complications internes et polarisations extérieures

Soulèvement soudanais : complications internes et polarisations extérieures

Après quatre mois de manifestations, l’armée soudanaise a fini par répondre aux revendications des protestataires en destituant le président Omar al-Bachir. Mais la « révolution de palais » menée dans la matinée du 11 avril 2019 par le vice-président et ministre de la Défense, le lieutenant-général Awad Benawf, n’a pas été accueillie aussi favorablement que prévu.
Après Bouteflika

L’après-Bouteflika : les perspectives de changement démocratique en Algérie

Le 2 avril 2019, le président algérien Abdelaziz Bouteflika a remis sa lettre de démission au président du Conseil constitutionnel, Tayeb Belaiz, en présence du président du Conseil de la nation , Abdelkader Bensalah. Cette décision a mis fin à près de deux semaines de conflit entre le commandement militaire, mené par le chef d’état-major Ahmed Gaïd Salah, et la présidence de la République et son entourage, appuyés par les Renseignements généraux et leur chef, le général Athmane Tartag (dit Béchir).
Photo Trump Netanyahou Golan

Pourquoi Trump a-t-il décidé de reconnaître la souveraineté israélienne sur le Golan ?

Le Président américain Donald Trump a signé le 25 mars 2019 un décret reconnaissant la souveraineté israélienne sur le Golan syrien occupé, et ce en présence du Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou qui a qualifié la décision d’« historique ».

Nos dernières publications