Mohamed Morsi

La question des prisonniers politiques en Égypte : étendue des violations et périmètre des responsabilités

La mort du l’ex-président élu Mohamed Morsi, décédé en détention le 17 juin 2019, a ramené sur le devant de la scène le dossier des prisonniers politiques. Leur nombre est estimé à plusieurs dizaines de milliers, et les graves violations qu’ils subissent sont probablement la cause du décès non seulement du président Morsi, mais de dizaines d’autres avant lui. Un rapport parle même de centaines de « décès prématurés ».

Égypte : la stratégie du pire

Par Claire Talon – La mort programmée de Mohamed Morsi en détention ce 18 juin 2019 augure mal de l’avenir politique de l’Égypte. Comment imaginer, comme certains commentateurs s’y essaient, que la disparition de l’ancien chef de file des Frères musulmans égyptiens consacre le reflux de l’islamisme politique à l’échelle régionale ou même qu’elle puisse « marquer le début d’une nouvelle conversation » nationale ?

Retour haut de page